Gens de chez nous

Ce vendredi aura lieu à Namur le gala des films amateurs du Festival Nature. L’an dernier, Martin y avait reçu le prix de l’image. Cette année, il remet le couvert avec un nouveau film qui a été sélectionné.

A cette occasion, il a très gentiment accepté de répondre à quelques questions.

Afin de pouvoir retranscrire l’intégralité de cet interview, nous publierons la première partie aujourd’hui et le reste début de la semaine prochaine avec un bonus ! Soyez attentifs !

 

Bonjour Martin, bienvenue sur l’aplovou ! Pourrais-tu te présenter en quelques lignes ?
Comment est venue cette passion pour la nature et la photo ?

Je vais avoir 35 ans. J’ai grandi en Ardenne avec un parcours assez long à Hoursinne puisque j’y suis depuis que j’ai cinq ou six ans. Je suis papa d’un petit garçon et je vis à Hoursinne depuis trois ans avec Anne et Tom.

Au niveau de ma passion pour la nature, je vais me promener dans les bois depuis toujours et c’est vers l’âge de 9-10 ans que j’ai commencé à y aller seul avec une paire de jumelles et un carnet dans lequel je notais et dessinais tout ce que j’observais. Ce n’est que deux ou trois ans plus tard que j’ai reçu mon premier appareil photo : un Nikon argentique F300E avec un objectif 300 à miroir, une petite merveille qui ne faisait que des photos floues (rires…) Et donc j’ai commencé à faire mes premières images qui étaient le témoignage de mes balades. C’était un vrai bonheur, le début de ma seconde grande passion. Parallèlement à cela, j’ai orienté mes études vers une approche plus artistique : j’étais intéressé par l’architecture, le dessin, la mise en page et, finalement, c’est le graphisme que j’ai choisi.

J’ai fait beaucoup moins de photos et de nature pendant les trois quatre ans de mes études à Liège mais, clairement, la photo restait quelque chose qui m’intéressait beaucoup. Progressivement, au fil des années, s’est redéveloppée une passion où je conjugue le goût du graphisme et de l’approche esthétique avec ce côté témoignage de la photo nature.

cerf

L’an passé, tu as reçu le prix de l’image au Festival Nature Namur 2013 pour ton film « Camosci » et, cette année, tu récidives avec un nouveau film qui fait partie de la sélection du Festival dans la catégorie amateur. Pourquoi la vidéo ? Quelles sont les contraintes de ce support par rapport à la photo ?

Venir à la vidéo a été un petit peu un hasard lié à l’évolution technique : les boîtiers photo reflex, maintenant, font de la vidéo et donc j’ai voulu tester. La photo reste un moyen d’expression très intéressant parce que ça permet de figer un instant et de créer toute une émotion, toute une histoire qui se construit autour d’un instantané ce qui n’est pas toujours très contrôlable.

La vidéo c’est une tout autre approche, on peut vraiment raconter quelque chose, c’est plus scénarisé. On guide la personne vers le message que l’on veut faire passer. Moi j’ai commencé à faire de la vidéo pour capturer des instants de vie. Il y a des moments où la photo ne fonctionne plus parce que, techniquement, il faut plus de lumière ou que les décors ne sont pas exceptionnels. Par contre, le comportement animal est intéressant à ce moment-là, ce que l’on peut montrer avec la vidéo. Donc les deux, finalement, cohabitent.

J’ai fait des vidéos, je les ai stockées dans un ordinateur et je ne les ai pas utilisées. Puis, lors d’un voyage dans le Val d’Aoste, le huitième ou le neuvième que je faisais là-bas pour observer le rut du chamois, je me suis dit : « J’ai plein de photos, ce serait peut-être l’occasion d’essayer de faire quelque chose avec la vidéo » Quand je suis revenu, je me suis retrouvé avec toutes ces images et j’ai essayé de construire un petit film qui ne soit pas lassant mais qui montre un maximum de choses.

http://www.martindellicour.be/pictures/camosci-film/

C’était une première expérience qui a été extrêmement intéressante. J’ai été motivé aussi par le prix que j’ai reçu à Namur (prix de l’Image, ndlr). Ça a été le petit coup de pouce qui m’a donné l’envie d’approfondir cette voie. Je m’étais amusé à le faire et le résultat avait l’air de plaire donc j’ai continué. J’ai aussi entendu plein de conseils : la vidéo ce n’est pas que de l’image, c’est du son, c’est une histoire, c’est un scénario, c’est une construction, c’est un montage. Donc, pour mon deuxième film, tout mon travail s’est fait principalement là-dessus.

Je reste à la recherche des belles images puisque c’est ma passion principale mais j’ai pris cette fois les choses à l’envers ou plutôt à l’endroit puisque j’ai écrit toute une histoire. J’ai écrit le dialogue, parce que c’est une fiction qui se passe dans un décor nature, puis je suis allé filmer ce que j’avais envie de filmer en fonction de l’histoire que j’avais envie de raconter. A ce moment-là, ça n’a plus rien à voir avec de la photo même si l’approche esthétique est influencée par mon regard photographique.

chamois

Au niveau prise de vue, les photographes animaliers privilégient soit la billebaude, soit l’affût. Pourrais-tu expliquer à nos lecteurs la différence entre les deux techniques, nous dire celle que tu préfères et pourquoi ?

La billebaude, c’est vraiment se promener en forêt avec son équipement photo, un minimum de camouflage, un habit le plus discret possible, un petit filet pour pouvoir se cacher au bon moment et on va à la rencontre des animaux. On peut susciter ces rencontres en choisissant son circuit en fonction, bien sûr, du vent puisque c’est l’odeur qui va nous trahir en premier puis dans une logique de lumière et aussi en fonction de ce que l’on veut rencontrer, des heures et des périodes de l’année. J’adore cette technique parce qu’elle n’est pas lassante. Elle permet de profiter de la forêt et surtout elle offre une part de hasard. On va à la rencontre des animaux dans une logique de balade où on essaie d’intégrer la dimension photo. Maintenant, c’est, sans doute, la moins efficace au niveau réellement de la qualité du cliché parce qu’on n’est pas toujours prêt au bon moment. Ça implique évidemment d’être très réactif, de pouvoir se mettre en place de la bonne manière et dans le bon angle quand on voit le sujet à photographier, ce n’est pas toujours idéal. Mais c’est une technique agréable à pratiquer en tout cas.

L’affût, c’est tout à fait différent, on s’installe à un endroit de manière fixe, soit sous un simple filet de camouflage, soit sous une petite tente, soit on construit l’affût avec des branches. L’idée c’est qu’on y reste un maximum de temps, cela peut durer une heure comme une journée, cela dépend de ce que l’on veut photographier et des conditions. L’avantage c’est qu’on choisit précisément l’endroit où l’on se met, on choisit l’axe en fonction de la lumière, et, si c’est bien fait, on est totalement indétectable pour l’animal. L’inconvénient c’est que la patience est mise plus qu’à rude épreuve et qu’il faut surtout beaucoup de force mentale car, parfois, on passe une journée entière à affûter un sujet et on n’a pas de photo. Bonjour la frustration ! Y retourner le lendemain c’est plus dur et, si on enchaîne deux trois affûts qui ne marchent pas c’est vraiment très frustrant. Par contre, c’est la meilleure technique au niveau du résultat. C’est généralement comme ça qu’on va chercher les images les plus réussies esthétiquement et la réussite est totale puisque c’est aussi ainsi qu’on fait le moins de dérangement au niveau du sujet photographié.

J’ai toujours fait un peu plus de billebaude parce que je suis un impatient et que c’est toujours plus difficile d’affûter, ça dépend un peu des sujets. Mais depuis 2, 3 ans, la vidéo m’a amené beaucoup plus à travailler l’affût. En fait, la vidéo, c’est un trépied beaucoup plus lourd et encombrant, il faut être positionné pour justement préparer des mouvements avec son appareil qui est posé sur ce trépied. Et là, on ne peut plus improviser, on ne peut plus se dire : « J’arrive, je pose mon trépied dans un fossé, je suis couché et ça marche. » Non, on doit être parfaitement posé et à niveau, idéalement avec un micro qui est accroché sur l’appareil photo. Tout doit être installé à l’avance, avec un filet, etc. Donc, un des bienfaits de la vidéo sur mon travail photo c’est que, grâce à ça, je me sédentarise un petit peu plus.

Maintenant, je fais souvent des photos sur la demi-heure ou l’heure de trajet à pied que je fais jusqu’à l’affût. Parfois, en revenant d’un affût où pendant deux ou trois heures je n’ai rien vu, la photo est là !

Je pense entre autres à ce lièvre qui traverse devant deux biches dans un coupe-feu alors que je revenais d’un affût au blaireau.

lièvre

Crédit photographique : Martin Dellicour

 

3 réflexions sur “ Gens de chez nous ”

  1. Les interviews étaient superbement faites, merci de ta franchise, et de nous permettre de comprendre ton Amour de la nature, de Hoursinne
    Annette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *